Augmentation du débit sur le Drac: l’impact écologique analysé après 8 ans de suivis scientifiques

2 Sep 2022 | RNR Isles du Drac

Après la construction du barrage de Notre-Dame-de-Commiers en 1964, le Drac a été complètement asséché sur plus de 3 km entre Saint-Georges-de-Commiers et Champ-sur-Drac.

Face à ce constat, les acteurs locaux puis la RNR ont travaillé avec EDF pour augmenter le débit en aval du barrage (appelé « débit réservé »), avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse. Ce travail a abouti à l’augmentation du débit de 1,5 à 5,5 m3/s en septembre 2015.

L’équipe gestionnaire a mesuré l’état des peuplements végétaux, des oiseaux, des libellules et de la faune piscicole avant et après augmentation du débit, sur plusieurs années et en plusieurs points.

L’objectif était de voir comment les milieux se remettaient de l’assèchement du Drac et profitaient de l’augmentation du débit.

Les données collectées ont été triées et analysées. Les principaux résultats obtenus sont les suivants.

  • En amont de la RNR, l’augmentation du débit réservé n’a pas eu d’impact positif.
  • En aval (voir illustration ci-dessous), comme la rivière était asséchée, l’augmentation du débit a amélioré l’état de la biodiversité liée à l’eau. Toutefois, les populations piscicoles et de libellules restent dans des états encore dégradés.

Ainsi, l’augmentation du débit a recréé une rivière qui avait disparu, ce qui est un point très positif, mais cette dernière n’a pas retrouvé un état écologique équilibré.

Des actions complémentaires (sur le sédiments, le débit…) sont envisagées dans les années à venir pour améliorer encore cette situation.

error: Ce contenu est protégé.
X