Travaux d’aménagement pour l’accueil du public

Travaux d’aménagement pour l’accueil du public

En 2021, le gestionnaire de la Réserve a mis en œuvre la première phase du projet visant à améliorer l’accueil du public dans la Réserve avec la rénovation de l’observatoire avifaune accompagné d’un platelage bois.

Depuis lundi, la seconde phase du projet a démarré, avec des travaux qui dureront plusieurs semaines.

Au programme, un nouveau ponton d’observation de la faune, deux platelages pour faciliter la circulation pédestre mais aussi des bornes pédagogiques et une table de lecture de paysage.

Ces mobiliers auront pour objectif de valoriser le patrimoine naturel et sensibiliser sur les enjeux de conservation du site.

Les entrées de site seront également rénovées, avec des panneaux réglementaires mis à jour.

Nous vous remercions de votre compréhension pour les modifications de circulation le temps des travaux.

Cette opération de gestion est soutenue financièrement par la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Grenoble-Alpes Métropole, la Ville de Jarrie, la CLE Drac Romanche et l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse.

  Logo Grenoble Alpes Métropole

Logo CLE Drac RomancheLogo Agence de l'eau

Chantier écocitoyen de ramassage des déchets

Chantier écocitoyen de ramassage des déchets

Hier dimanche 25 septembre, une équipe de 18 bénévoles s’est mobilisée malgré la pluie pour nettoyer la Réserve Naturelle des Isles du Drac. Ont répondu présents des membres des associations Les Pensées Sauvages et Saint-Paul de Varces Nature, ainsi que des familles et étudiants de l’agglomération.
De nombreux déchets ont été collectés, dont une quantité impressionnante de canettes en verre, en moins de 2 heures de ramassage.
Rappelons que ces canettes sont des pièges pour la micro-faune : les insectes ou les petits rongeurs entrent dans les bouteilles mais ne peuvent pas en ressortir à cause de la pente du goulot. D’autres déchets comme les fils de pêche peuvent également piéger et blesser les animaux (oiseaux, lézards, etc.).
Les mégots de cigarette, en plus du risque d’incendie en période de sécheresse, polluent l’eau et empoisonnent la faune aquatique.
Les matières plastiques, contenant souvent des perturbateurs endocriniens, peuvent mettre plusieurs centaines d’années à se dégrader, polluant les sols et la nappe alluviale.
Le gestionnaire tient ainsi à remercier tous les bénévoles pour leur précieuse énergie et saluer leur engagement en faveur de la protection de la biodiversité et de la préservation de la ressource en eau.
En partenariat avec :
CHANTIER // RESTAURATION D’URGENCE DE L’ÉTANG NOIRET

CHANTIER // RESTAURATION D’URGENCE DE L’ÉTANG NOIRET

Pour information, une entreprise interviendra à partir du mardi 20/09 pour restaurer une des berges de l’étang Noiret à Chasse Barbier. La circulation piétonne autour des étangs sera perturbée pendant environ une semaine.
Les travaux se dérouleront dans le respect des mesures de précaution environnementale prescrites par le gestionnaire.
Augmentation du débit sur le Drac: l’impact écologique analysé après 8 ans de suivis scientifiques

Augmentation du débit sur le Drac: l’impact écologique analysé après 8 ans de suivis scientifiques

Après la construction du barrage de Notre-Dame-de-Commiers en 1964, le Drac a été complètement asséché sur plus de 3 km entre Saint-Georges-de-Commiers et Champ-sur-Drac.

Face à ce constat, les acteurs locaux puis la RNR ont travaillé avec EDF pour augmenter le débit en aval du barrage (appelé « débit réservé »), avec le soutien financier de l’Agence de l’Eau Rhône Méditerranée Corse. Ce travail a abouti à l’augmentation du débit de 1,5 à 5,5 m3/s en septembre 2015.

L’équipe gestionnaire a mesuré l’état des peuplements végétaux, des oiseaux, des libellules et de la faune piscicole avant et après augmentation du débit, sur plusieurs années et en plusieurs points.

L’objectif était de voir comment les milieux se remettaient de l’assèchement du Drac et profitaient de l’augmentation du débit.

Les données collectées ont été triées et analysées. Les principaux résultats obtenus sont les suivants.

  • En amont de la RNR, l’augmentation du débit réservé n’a pas eu d’impact positif.
  • En aval (voir illustration ci-dessous), comme la rivière était asséchée, l’augmentation du débit a amélioré l’état de la biodiversité liée à l’eau. Toutefois, les populations piscicoles et de libellules restent dans des états encore dégradés.

Ainsi, l’augmentation du débit a recréé une rivière qui avait disparu, ce qui est un point très positif, mais cette dernière n’a pas retrouvé un état écologique équilibré.

Des actions complémentaires (sur le sédiments, le débit…) sont envisagées dans les années à venir pour améliorer encore cette situation.

La RNR et l’ACCA de Champ-sur-Drac luttent ensemble contre une espèce exotique envahissante

La RNR et l’ACCA de Champ-sur-Drac luttent ensemble contre une espèce exotique envahissante

En l’absence de gestion, une ancienne parcelle cultivée, au sein du périmètre de la RNR des Isles du Drac et sur la commune de Champ-sur-Drac, évoluait depuis plusieurs années en fourré, avec une végétation peu diversifiée du fait de la dominance d’une espèce envahissante originaire d’Amérique du Nord : le Solidage géant (Solidago gigantea), cousin des solidages locaux.

Solidage géant

Du fait de sa taille et de sa position en situation de clairière, ce vaste espace ouvert constitue un habitat potentiellement très intéressant pour les espèces inféodées aux prairies (passereaux, papillons…) et peu habituel dans la Réserve. Après échange avec l’ACCA de Champ-sur-Drac, soucieuse de l’évolution de cette parcelle, un premier débroussaillage de restauration a été réalisé au début de l’hiver dernier. A la demande de l’équipe gestionnaire, l’ACCA a réalisé une seconde intervention ce jeudi 1er septembre, afin d’affaiblir les rhizomes du Solidage géant et éviter la montée et la dispersion des graines. Le broyage a été réalisé depuis le centre vers la périphérie et à vitesse lente afin de permettre aux éventuels animaux présents de fuir avant le passage de l’engin.

La lutte contre le Solidage, qui présente ici un stade de développement très avancé, nécessitera de maintenir une fréquence d’intervention élevée au moins les premières années. Progressivement, des modalités d’intervention plus fines pourront être introduites, telles que le maintien de zones non fauchées afin de constituer des refuges pour la faune.

error: Ce contenu est protégé.